22 juin 1940, l'exploit du lieutenant Bulle.

Officier commandant la Section d’Eclaireurs Skieurs du 80ième Bataillon Alpin de Forteresse depuis février 1940, le lieutenant Jean-Marie Bulle défend le col d’Enclave et ses environs depuis le début de l'attaque italienne. Le 22 juin, les éclaireurs-skieurs français sont épuisés et transis de froid par trois nuits passées à plus de 2500 m d’altitude, au même moment, les premiers éclaireurs du bataillon italien "Duca degli Abruzzi" progressent en direction des alpins. 

Progession des éclaireurs italiens

Le lieutenant Bulle n’hésite pas alors à descendre en rappel le long d'une paroi rocheuse un fusil-mitrailleur modèle 24/29 sur le dos.

Arrivé sur un promontoire, il prend position et met en place son F.M. Dans le même temps, l'adjoint de Bulle fait tirer quatre grenades à fusil "VB" en direction de l'ennemi ; celles-ci ont pour effet de surprendre les Italiens qui, pour échapper aux effets des projectiles, viennent se placer dans la ligne de mire de Bulle.

Celui-ci ouvre aussitôt le feu, à plus de 300 mètres, et vide deux boîtes chargeur sur l'adversaire, de nombreux alpini, blessés ou tués, restent au sol. Les Italiens se replient avec leurs blessés, Bulle rejoint ses hommes en reprenant le même chemin.

Pour cette performance alpine et militaire le lieutenant Bulle sera cité à l'ordre de l'Armée et recevra la Légion d’Honneur. Ce fait d'armes marquera de son empreinte l’histoire de la bataille des Alpes. Le seul cliché illustrant cet évènement dans les livres est souvent présenté, à tort, comme une photo d'époque ; il s'agit en fait d'une photo de reconstitution réalisée bien après la fin de la guerre par des chasseurs alpins du 7ième BCA, elle contribuera à la légende, montrant Bulle descendre en rappel et tirer en même temps, ce que lui-même démentira dans ses notes.

Les photos de reconstitution ont été faites lors du tournage de films destinés au musée des troupes de montagne de Grenoble.